dimanche, juin 12, 2005

Inconcevable conception.

Lorsque je rentre dans cette boutique, chargée de plein de vieilleries venant d’on ne sait où, j’éprouve comme un étrange sentiment : celui de ne pas être seul, d’être observé. Je me retourne et j’évalue la situation autour de moi en vain. Distraitement, je touche les objets à gauche et à droite, sans réelle motivation. Mon oreille est attentive, mes yeux fouineurs. La présence se rapproche, invisible et sournoise.

Cet antiquaire sent bon la cire et le vieux bois, mélangé à un délicat parfum d’encens. Légèrement envoûté par ces fragrances, je me laisse un peu aller et admire les nombreuses pièces insolites. Il y a finalement peu de meubles, mais plutôt du bric à brac dont on a souvent peine à imaginer à quoi cela peut bien servir.


Mon attention se trouve attirée par une paire de sphères aux couleurs énigmatiques : une rouge et une bleue. Mais c’est étrange, on dirait que ces couleurs changent, que les boules vivent leur propre vie, qu’elle me regardent. Et soudain je compris que la présence que je sentais, ce regard indiscret posé sur moi depuis que j’étais rentré, c’était ces deux choses. Tels des yeux, elles suivaient chacun de mes pas. Livide, curieux, inquiet : je m’apprête à les saisir, bien décidé à en avoir le cœur net.


« Les sphères télépathiques » entend-je dans mon oreille. Prononcé d’une voix douce, je sursaute néanmoins de cette présence inattendue. Une asiatique se tenait à côté de moi, superbe, immaculée. Vêtue d’une grande et longue robe satinée, arborant des motifs colorés mais sobres, on ne peut pas lui donner d’âge. « Voulez-vous tenter l’expérience ? Prenez la rouge, moi la bleue. »


Ne croyant nullement à toutes ces sornettes paranormales, et voulant faire bonne impression auprès de cette femme au charme débordant, j’accepte sans hésiter. Mais aussitôt l’expérience commencée, je vois bien que quelque chose se produit. Ma main est comme endormie, je sens comme un flux étrange qui transite de ma tête vers ma main. La sphère n’a plus tout à fait le même rouge, elle a la couleur et la chaleur du sang. Ma charmante hôtesse a le regard fixe, on dirait qu’elle ne me voit pas, et qu’elle voit tout en même temps. Je suis très mal à l’aise dans cette situation que je me maîtrise et ne comprends pas.


« Demain, Emmanuel, sera ton dernier jour sur cette terre ». Comment connaissait-elle mon prénom, et que veut-elle dire ? Demain je rentre de Buenos Aires vers Bruxelles. Pouvait-elle aussi prédire l’avenir ? « C’est vrai », me dit-elle, « je suis en mesure de prévoir les événements futurs, et ce pouvoir est multiplié par l’utilisation des sphères ». J’étais abasourdis, écoeuré, j’en avais entendu assez. J’avais envie de vomir, de fuir, de tout casser. Je regrettais d’être rentré ici, dans ce magasin de malheur pour rencontrer cet oiseau de malheur sous son air racoleur.


« Beef or chicken ? » -- C’est par cette phrase que l’hôtesse me réveilla. Groggy, les yeux secs, mal aux fesses, déshydraté, fatigué : je m’apprêtais à attaquer un de ces immondes repas dont les compagnies aériennes ont le secret. Et j’étais content, tout cela ne fût qu’un rêve, une parenthèse ridicule inventée par mon esprit pour je ne sais quelle raison. Un rapide coup d’oeil sur l’Air Show m’indique une arrivée prévue dans moins de deux heures. Bientôt je serai chez moi.

3 commentaires:

Cécile a dit…

Welcome back in Belgium dreamer...

3mmanuel a dit…

Merci! Et en plus, il ne fait même pas moche dans notre Royaume. Je suis aux anges!

Anonyme a dit…

Faut arrêter la beuh mon grand.

Le hurleur