samedi, octobre 29, 2005

C’est l’ex- de l’autre.

Véronique était « en analyse », comme on dit: aujourd’hui, je regrette de l’avoir rencontrée. Plus généralement, il n’y a rien à tirer des femmes en analyse. Une femme tombée entre les mains des psychanalystes devient définitivement impropre à tout usage, je l’ai maintes fois constaté. Ce phénomène ne doit pas être considéré comme un effet secondaire de la psychanalyse, mais bel et bien comme son but principal. Sous couvert de reconstruction du moi, les psychanalystes procèdent en réalité à une scandaleuse destruction de l’être humain. Innocence, générosité, pureté… tout cela est rapidement broyé entre leurs mains grossières. Les psychanalystes, grassement rémunérés, prétentieux et stupides, anéantissent définitivement chez leurs soi-disant patientes toute aptitude à l’amour aussi bien mental que physique ; ils se comportent en fait en véritables ennemis de l’humanité.

Impitoyable école de l’égoïsme, la psychanalyse s’attaque avec le plus grand cynisme à de braves filles un peu paumées pour les transformer en d’ignobles pétasses, d’un égocentrisme délirant, qui ne peuvent plus susciter qu’un légitime dégoût. Il ne faut accorder aucune confiance, en aucun cas, à une femme passée entre les mains des psychanalystes. Mesquinerie, égoïsme, sottise arrogante, absence compète de sens moral, incapacité chronique d’aimer : voilà le portrait exhaustif d’une femme « analysée ».

Extrait de « Extension du Domaine de la Lutte »
par Michel Houellebecq, p 103-104.

1 commentaire:

Une psychanalysée a dit…

La psychanalyse est tout sauf un broyage de personnalité.
Mais au grand dam de certains machos en mal de midinettes complètement effacées et soumises (merci à notre éducation judéo chrétienne), la psychanalyse permet à n'importe quel individu de pouvoir sortir du carcan de son éducation et du poids des modèles sociaux en cherchant d'abord à se connaître plutôt que d'essayer de rentrer dans le moule que notre système éducatif à prévu pour nous.
De plus, préférer avoir affaire à une brave fille un peu paumée est tellement plus facile que d'affronter un être humain en pleine possession de son mental et/ou égo !