lundi, juillet 25, 2005

Kings Canyon – Premier Jour

Après un réveil plutôt matinal, et plus ou moins cinq heures de route (dont une passée à chercher mon chemin), je suis fin prêt pour mon hiking. Le parc a l’air très beau, la route pour y arriver est assez jolie mais un peu lente. Disons que c’est surtout les autres qui sont lents. Une seule bande, et interdiction de dépasser.

Je fais ma première ballade vers les « Mist Falls ». Franchement, je ne sais pas très bien ce que c’est, mais le nom sonne bien et a l’air rafraîchissant. Dans la première demi-heure de marche, j’entends un bruit étrange à côte de moi. Pas vraiment à côté, mais pas très loin non plus. Je m’arrête et là je suis sans mots : à quelques mètres à peine se trouve un ours noir. Plus petit que les bruns (et forcément donc, que les blancs), ça reste quand même une belle pièce. L’ours passe son temps à chercher à manger : une chance, j’avais bien emballé tous mes aliments comme c’est demandé pour ne pas l’attirer et mettre ma vie en péril pour un sandwich. Je reste donc sans bouger, et j’observe. Quelques minutes plus tard, voilà un bébé ours blessé à la patte arrière qui rejoint – je suppose – ce qui doit être sa mère. Voilà qui commence bien, me dis-je!


Le reste de la ballade se déroule beaucoup plus calmement, avec beaucoup de rencontres moins agréables dans le domaine des insectes. J’ai des piqûres partout : les bras, les jambes, le cou, le visage. Presque boursouflé j’arrive enfin à ma destination finale, et c’est assurément une grande bouffée d’air frais ! Une grande cascade tombant d’assez haut génère une sorte de « rosée » qui fait grand bien quand on a chaud, d’où le nom de « Mist Falls ». Un peu d’exploration et puis je rentre. Voilà qui nous fait à peu près quinze kilomètres allez et retour, et il est à peine 18h00.

Je flâne un peu dans le parc, et décide de me lancer dans un autre trek qui descend à pic dans la rivière, à partir du dessus du canyon. Au départ se trouve un registre où on inscrit quand on part, ou on va, et quand on est revenu (si on reviens bien sur, sinon on n’écrit rien). Très escarpé, étroit et rocailleux ce chemin m’a vraiment épuisé ! J’ai pu rencontrer deux autre choses intéressantes : des lézards gros comme je n’en avais jamais vu (entre 30 et 40 cm de longueur), et les fameux « poisonous Oak » toxiques rien qu’à les toucher. En fait, je ne savais pas trop à quoi ça ressemblait, mais après avoir mis ma jambe dans un, j’ai maintenant compris. Ca ressemble un peu à du houx, mais ça pique un peu comme des orties (par contact), sauf que ça fait aussi mal qu’une guêpe (vous suivez ?).

Après toutes ces aventures, retour au centre pour le feu de camp. Sur la route, je croise un serpent à sonnette qui traversait peinard. Je décide de lui laisser la vie sauve, et le laisse traverser calmement le petit morceau de route qu’il lui restait. Brève discussion avec les rangers : juste un feu, où il n’y aura pas de bière ni de vin. De plus il est tout petit, et en plus le seul public c’est quelques chinois égarés qui pensent qu’on va se griller un chien au barbecue. Pas marrant…


Bref me voilà rentré à l’hôtel, bien propre, bien lavé, bien rassasié après un resto Mexicain, et surtout bien fatigué. Je posterais ce petit mot à l’occasion, car je n’ai pas d’accès à Internet lorsque j’écris ces lignes. A plus tard !

Voilà une photo juste en amont des Mist Falls, mieux vaut ne pas tomber dans l'eau! Prise avec mon GSM, donc excusez la qualité:

2 commentaires:

gabe a dit…

impossible de te faire passer un mail. Ravie d'avoir reçu de tes nouvelles. L'été à Liège fut très hot avec son village gaulois et un concert d'anthologie au Celtic mais peut-être que au detour de l'un de tes nombreux voyages étais-tu parmi nous.
Au plaisir de te relire
Gabe

RaNma a dit…

Woah, ca a l'air super ton trekking aux USA, beaux paysages et recontres avec nonours...

Encore quelques jours et tu vas te prendre pour Grizzly Adams (Mon ami Ben en VF) :-)